Le manque, cette peur qui dévoile nos autres peurs...

www.ka-be-zen-peur-du-manque

Souvent on la ressent quand les finances sont mauvaises…Quand notre couple bat de l’aile, quand au boulot tout va mal…. et plus encore

On imagine toujours le pire sans laisser d’autres alternatives.

Cependant la peur de manquer d’argent ou d'autre chose englobe bien d’autres peurs car notre mental va tout de suite nous mettre en alarme. Comment allons-nous payer les factures ? Entre autres … ! Puis s’en suit des histoires montées de toutes pièces par notre mental ne se basant sur aucun fait juste sur la peur…Et si le pire arrivait ?...

Mais rien de tout cela n’existe en fait, la réalité du moment est que nous extrapolons déjà la situation comme si c’était une réalité et nous nous rongeons par avance. Nos émotions sont telles que nous nous projetons dans cette réalité qui n’est en fait que virtuelle.

Nous sommes déjà entrain d’élaborer des plans de replis ou autres stratagèmes destinés à nous extirper de la situation.

Alors que nous devrions simplement être dans l’instant présent, disponible afin de réaliser que ce positionnement non seulement apaisant peut nous permettre un plan d’action plus efficace mais surtout nous évite de ruminer…mais c’est plus fort que nous le mécanisme est automatique.

La peur de manquer s’observe aussi dans la relation amoureuse. En effet si l’un est amené à voyager pour son travail ou avoir des activités qui n’incluent pas l’autre. Cet autre se trouve en désarroi, il n’est pas prêt à accueillir la solitude mais surtout cela entretient une relation de dépendance affective qui le lie à son compagnon de manière injustifiée. 

Car quand l’être cher manque il y a tout un festival de peur qui rejaillissent.

Dans le fond ce n’est pas que le manque que l’on perçoit en apparence mais souvent bien plus…

On se sent abandonné et la peur de l’abandon rebondit vers la peur de la trahison qui inclut le sentiment de jalousie chez certain. Mais pourquoi donc se sentir abandonné plutôt que de vivre pleinement ce moment pendant lequel l’on peut prendre soin de soi et se connecter au plus profond de notre être-Afin de libérer ce sentiment dévastateur.

Il serait plus constructif de voir les choses positivement mais cela pas toujours évident !

Nous ne pouvons intervenir dans les choix de l’autre et encore moins l’empêcher.

Profitons de ce moment qui nous est donné pour nous ressourcer et réjouissons nous que l’autre puisse accomplir de belles choses, passer de bons moments avec d’autres que nous.

L’autre ne nous appartient pas et c’est une réalité qui nous fait souvent défaut. L’attente ainsi ne nous semblera pas être insurmontable bien au contraire ; elle sera riche pour nous aussi et les retrouvailles n’en seront que plus belles !

Notre imagination a une grande capacité à voir le noir partout mais tout cela n’est qu’une question de positionnement là ou d’autre échouent d’autre excellent.

Nous nous projetons avec une facilité déconcertante dans telles ou telles situations.

Apprenons à baser nos ressentis sur les vécus non plus sur les projections de notre mental animé par nos peurs.

Il faut désamorcer le processus avant la progression. Nous devons être vigilent et observateur.

Afin de repérer les signaux d’alarme de notre corps et le moment ou les histoires émergent.

Car si nous prenons le temps d’être à l’écoute de notre soi supérieur ; il nous guide vers ce qui est juste et bon tandis que notre mental lui n’a de cesse de nous mettre en garde, ne se souvenant que des expériences négatives et ne pouvant se permettre de proposer une issue positive

Les idées fusent mais aucune ne nous rassurent voir elles enveniment la situation apportant des discours d’une clarté impeccable qui nous poussent dans l’abîme de nos retranchements.

Que faire quand tout nous donne l’impression d’effondrement, notre monde s’écroule et notre mental devient notre bourreau animant sans cesse la marionnette de nos peurs.

Laissons notre cœur devenir notre guide et nous apaiser il est un bon remède de se connecter à l’énergie de notre cœur car il est rempli d’un amour sain, car lorsque l’on a de l’amour pour soi on ne ressent plus le manque.

Cette peur vécue du manque de l’autre peut aussi être inversée, on a peur de manquer à l’autre, enfants ou conjoints, on se rend indispensable à l’autre générant ainsi la dépendance, la culpabilité. Dépendance affective oui et culpabilité à l’idée d’abandonner l’autre. Ce sont en fait les mêmes mécanismes inversés qui nous ramènent finalement toujours et encore a nos peurs !

Si nous recherchons la paix nous atteindrons l’apaisement, ce chemin peut s’avérer long et tortueux. Mais nous avons tous en nous les possibilités de nous réaliser dans la paix.

Si nous vibrons dans l’amour et la joie nos peurs se transforment en souvenir. Nous nous autorisons au dépassement de nous-même par l’ouverture et à la guérison de nos peurs.

Ainsi comme il est dit dans le livre de Lise Bourbeau (Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même)

« L’avantage de Guérir nos blessures est que nous devenons autonomes plutôt que dépendant affectif. L’autonomie affective est la capacité de savoir ce que nous voulons et de faire les actions nécessaires à sa réalisation et lorsque nous avons besoin d’aide nous savons en demander sans attendre que ce soit une personne en particulier qui nous aide. La personne autonome ne dit pas « Que vais-je devenir seule ? » Lorsque quelqu’un disparait de sa vie. Elle a de la peine mais elle sait au plus profond qu’elle peut survivre seule ».

Si nous choisissons la guérison nous nous autorisons au lâcher-prise et a aller jusqu’au fond de nous même pour se laisser immerger dans la lumière de l’univers et devenir lumière.

Car être inondé de lumière j’jusqu’a s’y confondre c’est enfin s’abandonner, abandonner son corps, son esprit

Se relier à notre être profond, notre soi-supérieur et divin pour le bien-être et l’équilibre physique, psychique et spirituel afin de dévoiler notre force intérieure et faire émerger une grande sensation de paix…..KD

« Deviens qui tu es » Nietzche

Si vous souhaitez partager votre expérience vous êtes les bienvenus

Écrire commentaire

Commentaires: 0